Analyse de la pratique – Régulation

Analyse de la pratique – Régulation


La relation entre professionnel et usager, dans le soin et l’accompagnement social, exige de la part du professionnel de donner de son temps, de sa personne, de son savoir-faire. Elle met en place des mécanismes complexes : projection, identification, clivage …

Ces mécanismes nécessitent d’être clarifiés dans des espaces où les professionnels sont, à leur tour, entendus.

Ces espaces dits de « régulation », ou d’« analyse des pratiques » permettent d’atténuer les risques de souffrance et d’épuisement professionnels qui sont aujourd’hui, quel que soit le secteur d’intervention, reconnus inhérents à toute pratique de soin et d’accompagnement.

Ce besoin provoque une demande croissante des équipes et de leurs directions pour la mise en place de temps spécifiques organisés autour de la parole.

C’est en ce sens que l’équipe du cabinet CDP comprend également les préconisations de l’Agence Nationale d’Évaluation Sociale et Médico-sociale (ANESM) de mise en place de dispositifs d’analyse des pratiques*.

Quelle que soit la demande des équipes, il s’agit avant tout pour le cabinet CDP de mettre à leur service, au sein des dispositifs institutionnels, un temps et un espace particuliers. Ni tout à fait dehors ni tout à fait dedans, animé par un psycho-sociologue, il peut être dédié à l’élaboration des enjeux interpersonnels, à la construction d’un regard décalé, à l’interrogation sur les prises de position de chacun.

Le cabinet CDP propose deux types de démarches, à construire avec chaque équipe, en fonction de sa culture et de sa terminologie :

  • La régulation qui elle sera consacrée à dénouer les enjeux institutionnels et relationnels ;
  • L’analyse des pratiques qui permettra une reprise des interventions des participants.

Le cadre de ces interventions nécessite :

  • Des rencontres programmées de façon régulière à raison d’une fois par mois ;
  • D’une durée de 3 heures ;
  • Un engagement sur la durée, d’une année renouvelable par accord réciproque de l’équipe et du psychosociologue, après bilan.

L’intervenante en analyse des pratiques professionnelles est titulaire d’un diplôme d’Etat d’éducatrice spécialisée, d’un master de psychologie et est doctorante en psychologie sociale.

Cette pluridisciplinarité permet d’apporter aux équipes un regard et des supports théoriques diversifiés et de favoriser l’expression et l’étayage des situations auxquelles sont confrontés les professionnels. Cette triple qualification permet également de mettre à disposition de vos équipes des outils d’analyse spécifiques, susceptibles de constituer des supports à l’élaboration de la pensée collective et de questionner la pratique.

Les psychologues du cabinet CDP se réunissent régulièrement afin de permettre à l’intervenante en analyse des pratiques professionnelles de réfléchir ses interventions et d’obtenir un regard et une lecture externe sur sa propre pratique et ses interventions. Cette démarche confère aux institutions et à leurs équipes un cadre d’intervention partagé et pensé.

*« Il est recommandé qu’un dispositif d’analyse des pratiques vienne (…) aider les professionnels dans leur mise à distance et leur réflexion critique sur les pratiques quotidiennes. Ce dispositif prend tout son sens si les échanges ont lieu hors présence de la hiérarchie, afin que la prise de parole soit facilitée. Se sont ainsi des dysfonctionnements ancrés et non repérés ou des pistes d’amélioration nouvelles qui peuvent être identifiés grâce le cas échéant à une contribution extérieure. ». Préconisation de l’ANAESM (Agence Nationale d’Évaluation en Santé Mentale) concernant la mission du responsable d’Établissement et rôle de l’encadrement dans la prévention et le traitement de la maltraitance Chapitre 1. 6 « Mettre en place des dispositifs d’analyse des pratiques ».